Parmis toute ses choses qui occupent mes jours, mes semaines, il y a bien sûr le boulot. Mon cher et tendre travail, dont la vocation première est alimentaire (et vestimentaire). Chaque jour, en fin du lundi au vendredi, je regagne la grande entreprise, et d'une monotonie sans nom, je fais ce pourquoi on me paye. Bien sûr ma chef, maillon incontournable de mon service et surtout l'un des seules motivations qui me pousse à me lever chaque jour (après le salaire viré chaque mois avec sécurité et les différents avantages des grosses boites), me confie quelques projets, comme une présentation en réunion prochainement. Oui j'ai en effet, une certaine chance et lorsqu'autours de moi je vois certain(e) qui éprouve bien des difficultés à trouver du boulot, quand dans mon esprit une phrase tourne sans cesse: "pourquoi je dois y retourner????" ma bouche se tait, du moins le plus souvent, par respect.

Sauf que dans la crise ambiante, j'ai fais le pari fou, avec moi même, d'avoir un nouveau travail*** d'ici la rentrée. Dans l'idéal, je pars en vacances en juin, je reviens, je pose ma dém, fais mon préavis en juillet et good bye et good luck. Histoire de ne pas m'ennervé outre mesure en août, devant la catastrophe d'un nouvel été, et aussi et surtout, partir en juillet, me permets de me dire qu'en deux ans de bons et loyaux service j'aurais bouclé la boucle.

Mais dans quoi chercher. Parraît il en relation client, j'excelle, mais le client, ce specimen m'exaspère de plus en plus. Bien sûr certain sont attachant, comme cette petite cliente de la région dont je me rappelle le nom, le code client et à qui je suis avec attention chacun de ses colis. Mais il y a aussi (et surtout) les gros méchants pas beaux, comme ces GMS qui semble même dans leur relations avec les fournisseurs rappelé tout ce qu'il y a de pire dans le commerce de grande distribution.

Alors hier soir, j'ai fais un test, un test de personnalité, de compétences. Ce qu'il en ressort? Une grande émotivité, un fort côté artistique et un grand sens de la communication. Mais mon côté pragmatique? Ma capacité d'organisation? Tout ce qui fait mes forces au boulot? Ce n'est qu'un leur, à la maison je suis bordélique, toujours en retard dans la paprasse, pour preuve, incapable de ne pas remplir ma déclaration d'impôt à la dernière minute...

Selon les éditeurs du test,  je devrais me tourné vers une carrière de psy (hum hum), d'artiste peintre (qui peint des peintures... on voit qu'il n'ont jamais vu un de mes dessins) ou de formatrice. Ca c'est déjà plus dans mes cordes!

Mais c'est alors que les ennuies commencent. Faire de la formation en entreprise serait une bonne chose, si la plus part des offres n'étaient pas en relation avec des formations en langues étrangères! Non moi je pense plus à ces formations dont on bénéficie dans la grosse entreprise et pour laquelle big boss alloue un budget annuel, formation discours client, gestion des conflits, etc...

Affaires à suivre donc...

***Message pour Mademoiselle R. le jour où je donne ma dém

j'aurais ma lettre de démission dans la main droite et

une de tes lettres de motivation+ CV dans la gauche

A force ils vont bien finir par t'embaucher

dans la grande entreprise!